Le projet Enquête sur la globalisation des Lumières, lancé en 2015 par l’Institut de recherche sur la Renaissance, l’âge Classique et les Lumières (UMR 5186 du CNRS) et plusieurs partenaires, a pour objet la construction, en Europe et au-delà, de représentations du 18e siècle dominées par les Lumières. Il s’agit d’étudier le phénomène désigné en français par le syntagme Les Lumières, sa délimitation historique – une trentaine d’années pour les uns, plus de deux siècles pour d’autres –, ses lieux d’émergence, ses formes, ses contextes géopolitiques, et ses usages nationaux, internationaux ou transnationaux. On s’intéresse tout particulièrement à ses réactivations dans le monde contemporain. C’est l’objet du sous-programme Lumières actives (LumAc20-21), soutenu par la Maison des Sciences de l’homme (MSH-Sud).

Le projet transdisciplinaire Enquête sur la globalisation des Lumières, coordonné par plusieurs chercheurs chevronnés, s’appuie sur un réseau de plus de 50 correspondants à travers le monde. Il aboutira à la publication en plusieurs phases d’un Atlas mondial des Lumières.